• + Je suis +


    J'aime
    Eclater

    Sans
    User
    Illogiquement les
    Saletées

    Unanimes
    Néanmoins
    Effleurer le

    Cou

    Admiratif
    Tant
    Illustrateur de
    Nostalgie.

  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Janvier 2008 à 09:08
    Catin
    J'aime les catins! Non, je rigole, j'aime pas les catins, c'est des toutes des catins! J'ai pas capté tout le poeme, c'est normal??
    2
    Lundi 21 Janvier 2008 à 17:13
    Personne
    Mdr personne ne l'a compris... =( J'suis trop nulle ='(
    3
    Lundi 21 Janvier 2008 à 18:14
    Mais non!
    Mais non t'es pas trop nulle! Enfin, ça me rassure que ça ne vienne pas de moi déjà! Vaut mieux que ce soit de la faute à quelqu'un d'autre! (avec moi, c'est toujours de la faute aux autres de toute façon)! Mais j'ai jamais vu des saletés unanimes! Ca pense une saleté??mdr
    4
    Lundi 21 Janvier 2008 à 19:52
    Explications detaillées
    En vérité, je me suis mise à la place d'une prostituée. "J'aime Eclater Sans User Illogiquement les Saletées Unanimes " Elle est un objet au yeux des hommes, et elle n'est qu'un détritu pour les autres, elle éclate dans son coin parceque elle a honte de ce qu'elle est, mais elle reste optimiste, elle ne se voit pas comme les autres la voient. Les saletées = c'est elle par rapport au autres. Unanimes = que les hommes aiment ( ce n'est pas la vrai definition du mot au cas ou ^.^) Sans utiliser les idées des autres en fait. "Néanmoins Effleurer le Cou Admiratif Tant Illustrateur de Nostalgie. " Mais malgré cela elle aime caresser le cou des hommes qui lui rappel quelqu'un qu'elle aimait mais qui l'a "déçu".
    5
    Mardi 29 Janvier 2008 à 18:41
    Simple
    Ah, vu comme ça, je comprends, mais quand même! Il fallait faire plus simple dès le début! Je me triture pas trop l'esprit, et je ne pense pas souvent aux prostituées!! Alors avant de m'imaginer penser comme elles, le cheval de bronze aura chié sur la place! (reprise d'une citation Lyonnaise)
    6
    lp177
    Dimanche 7 Mars 2010 à 00:34
    Crépuscule parmit tant d'autre
    Ormit elle il n'y a personne
    Mais il la fixe de loin
    Belle au bord d'un trotoir
    Inocente l'aire perdue
    Elle essaye d'oublié pourquoi elle est la
    Ne pouvant s'empécher de trembler

    Les jambes tremblente du froid qui la ronge
    Ame perdue au fond d'un ruelle...

    Prostitué débutante
    Attendant que ce détritue aproche
    Ses yeux humides
    Son corp salie
    Encore une fois...
    7
    lp177
    Dimanche 7 Mars 2010 à 00:38
    Galère les retours lignes dans les com :/ dommage...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :